• The Saints - Out in the jungle ( 1982 Ed CD New Rose - 1987)

    Chris Bailey avait relancé The Saints avec l'excellent "Monkey Puzzle" en 1981 après le départ d'Ed Kuepper. Placé avant "a little madness to be free" et "All fool's day", cet album nommé "Casablanca" partout ailleurs, n'a pas forcément les faveurs des critiques. Et pourtant il recèle pas mal de très bons titres comme "Follow the leader" , "Rescue" et "Casablanca" ballade mélancolique à souhait. Chris Bailey retourne à des arrangements avec des cuivre et des claviers et s'adjoint même Brian James ( Damned) pour deux titres. J'ai, je l'avoue un petit faible pour cet album où , encore une fois, Chris Bailey nous démontre qu'il est un excellent chanteur de rock. Même si, pour les fans, cet album figue un cran au-dessous des albums précédemment cités, il n'en demeure pas moins qu'il est digne d'intérêt. Il est livré ici avec quelques bonus dont le percutant "Dizzy Miss Lizzy" chaudement recommandé.

    Les titres:

    1 Follow The Leader 

    2 Rescue

    3 Senile Dementia 

    4 Casablanca 

    5 Curtains 

    6 Come On 

    7 A 1000 Faces 

    8 Animal 

    9 Out In The Jungle 

    10 Beginning Of The Tomato Party

    11 Ought A Sight 

    CD Bonus Tracks

    12 Simple Love 

    13 Dizzy Miss Lizzy  

    14 Gypsy Woman 

    15 Call It Mine  

    16 Roses

    The Saints - Out in the jungle ( 1982 Ed CD New Rose - 1987)

    Pour l'écouter, avec les bonus, ce n'est pas loin.... Une nuit à Casablanca

    That's all folks!

    PS: Il n'est plus possible de proposer des extraits audio puisque Flash Player est obsolète. Je cherche une solution de remplacement ... En attendant, je vais utiliser des vidéos de Youtube si possible.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    9 commentaires
  • BananeInfo (@BananeInfo) | Twitter

    Mieux vaut tard que jamais!!!!!

    Je vous souhaite , avec un peu de retard , mais j'étais bien obligé car impossible de quitter l'espace stérile où j'étais enfermé, une très bonne année 2021 pleine de découvertes et de bonne musique ainsi que le bonheur, la santé etc..

    Cela dit 2021 n'aura pas de difficultés à être meilleure que 2020....

    Compte tenu des circonstances et des allers-retours que je vais faire dans les prochains pour me soigner, il me sera impossible de reprendre l'ancienne formule du blog avec des posts réguliers. j'en suis donc réduit à vous proposer des "coups de coeur" plutôt ancien s, parce que je n'ai pas eu le temps de me pencher sur les nouveautés de fin 2020. Je vais essayer de me rattraper. En attendant, je vai profiter d mon retour "at home "pour partager avec vous quelques "vielleries" et autres choses.

    à très bientôt!

    Le Frac'  

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    23 commentaires
  • Hey Guys” – Best of SNO

    Hi Guys! Je vous adresse un petit coucou en passant entre deux périodes pour vous dire que je ne vous oublie pas et que je ne désespère pas, une fois les choses un peu tassées, de reprendre l'activité de ce blog. Rendez-vous donc en 2021! Jusque là , portez-vous bien et passez de bonnes fêtes de fin d'année!

    Fracas

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    30 commentaires
  • Folk Intimiste : Matt Berninger - Serpentine Prison (2020)

    Pour ceux qui ne le sauraient pas, Matt Berninger est tout simplement le leader du groupe The National. Il s'autorise là une escapade en solo , exercice périlleux qui a parfois capoté pour d'autres artistes. L'album est produit par Booker T Jones , chanteur soul de Memphis et leader de Booker T and the MG's. De plus, Berninger s'est entouré de quelques bons ami(e)s : Andrew Bird, Matt Berrick de The Walkmen et Gail Ann Dorsey ex-bassiste de David Bowie.

    Ce sont donc dix chansons folk que nous délivre Berninger, dans le style des premiers albums de The National, chansons à la guitare sèche accompagnée tantôt d'un orgue ou d'un synthé, tantôt d'un piano avec de légères touches de cuivres.

    La voix de Berninger est bien sûr son principal atout mais elle laisse percer une certaine et réelle émotion , douce et grave à la fois. L'album ne délivre pas sa beauté d'emblée. Il vous faudra quelques écoutes pour vous laisser emporter par son charme mais vous ne le regretterez pas.

    Les titres:

    1 My Eyes Are T-Shirts 

    2 Distant Axis 

    3 One More Second 

    4 Loved So Little 

    5 Silver Springs (Feat. Gail Ann Dorsey) 

    6 Oh Dearie 

    7 Take Me Out Of Town 

    8 Collar Of Your Shirt 

    9 All For Nothing 

    10 Serpentine Prison 

    Folk Intimiste : Matt Berninger - Serpentine Prison (2020)

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin....Folk intimiste

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    23 commentaires
  • Dans le Jour des Lecteurs, les participants sont libres de proposer ce qu'ils veulent. Patoche m'a donc contacté pour proposer une sous-rubrique bien à lui, qu'il animera quand il aura le matériel adéquat. Là, c'est le cas et je lui ai donc donné carte blanche.... Merci Patoche!

    Vieux Rockers Sur Le Retour

    « Rockers de série B oubliés, ils continuent pourtant à faire des disques. Justement, il y en a un nouveau. Alors, c’est bon ou c’est juste vieux ? »

    https://www.discogs.com/Dramarama-Color-TV/release/15336969

    DRAMARAMA – COLOR TV (2020)

    Mon premier disque acheté chez New Rose, rue Pierre Sarrazin, il y a… quelques années, c’était un Dramarama.  « Cinéma Vérité », joli nom. Jolie pochette aussi, Eddie Sedgwick, une photo tirée d’un film bien chiant de Warhol.

    Le Jour des Lecteurs # 3: Vieux Rockers sur le retour - Dramarama - Color TV (2020) par Patoche 

    Sur la platine, un rock garage enthousiasmant, des guitares de partout, sèches ou pas, un chanteur à la voix écorchée, et des compositions originales qui sonnaient comme des classiques : Visiting a zoo en intro, Questions, This Is My Scenario, génial, Anything, Anything… Et des reprises de bon goût aussi, Bowie, le Velvet. Je connais ce disque par cœur.

    Je me souviens être allé les voir en concert, toutes les salles parisiennes devaient être prises c’était dans une salle MJC au fin fond de Cergy Pontoise ! On était bien 50 à avoir trouvé le chemin. 

    Sur ses disques suivants, Dramarama répéta la recette, sans trop d’originalité, il faut le reconnaître. Mais sans baisser la garde. Et toujours avec l’art de la reprise bien sentie.

    Le Jour des Lecteurs # 3: Vieux Rockers sur le retour - Dramarama - Color TV (2020) par Patoche     

    35 ans plus tard, ils sortent leur dernière livraison, en numérique only semble-t-il (ça n’empêche pas qu’on peut acheter !). 

    Dès l’intro, on y retrouve ce même rock garage, bien marqué siècle dernier. Rien de révolutionnaire, mais franchement, c’est très bon. Les chansons sont bien léchées, il y a de tout, des rocks énergiques (Beneath The Zenith, je trouve qu’ils ont toujours soigné leurs INTROS), d’autres plus calmes (The Cassette, You you you, très bien). 

    Le Jour des Lecteurs # 3: Vieux Rockers sur le retour - Dramarama - Color TV (2020) par Patoche

    Au rayon des covers, ça frise la perfection : une pépite obscure de Dylan, Abandonned Love, qui sonne comme un classique. Et une autre d’Elliot Smith, Half Right, clôt l’album. 

    Voilà, à vous de goûter la madeleine Dramarama si ça vous dit ! 

    Les titres:

    1 Beneath The Zenith 3:56

    2 Up To Here 3:45

    3 The Cassette 3:30

    4 Swamp Song 4:30

    5 It's Only Money 4:33

    6 Abandoned Love 4:15

    7 What's Your Sign 3:00

    8 Every Day 3:28

    9 Hold Me Tight 4:48

    10 The Only Thing (Stupid / Brilliant) 5:01

    11 You, You, You 3:59 

    12 Half Right 5:35

    Le Jour des Lecteurs # 3: Vieux Rockers sur le retour - Dramarama - Color TV (2020) par Patoche

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin....TV en couleur!

    That's all folks! 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    9 commentaires
  • Le Choix des Lecteurs # 193 : Beck covers VU and Nico (2009)

    En 2009, Beck a lancé son projet "Record Club" qui consistait, avec d'autres musiciens invités et amis, à réenregistrer un album "classique". Il a commencé avec le premier album du Velvet (avec Nico). Même si je n'ai pas adhéré à toutes les reprises - j'en trouve certaines carrément ratées - , j'ai compilé une à une celles-ci pour reconstituer le disque. C'est ce que vous trouverez ci-dessous mais ce n'est une reconstitution de sources variées : en effet le disque "non officiel" en photo au-dessus n'était pas encore sorti... J'y ai ajouté un "bonus", une version "live" de "I'm set free" avec Thom Yorke...

    Les titres:

    01    Sunday Morning 

    02 I'm Waiting For The Man 

    03 Femme Fatale 

    04 Venus In Furs 

    05 Run Run Run

    06 All Tomorrow's Parties

    07 Heroin 

    08 There She Goes Again

    09 I'll Be Your Mirror 

    10 The Black Angel's Death Song 

    11 European Son

    Bonus Track: 

    12 Beck-Thom Yorke - I'm set free

    Le Choix des Lecteurs # 193 : Beck covers VU and Nico (2009)

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin....Beck covers Vu and Nico

    Mais ce n'est pas fini! à vous de choisir entre:

     The Waterboys - A Golden Day - Glastonbury - 20 juin 1986 FM

    White Stripes - Spaceland California - 1er mars 2001

    The Who - Shaking all over - 5 Avril 1968 - NY

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires
  • Mes Indispensables # 39 : The Beatles - the White Album (1968 Ed 2009)

    Enigmatique "White album", un peu fourre-tout où chaque membre du groupe y va de sa chansonnette... Fourre-tout et pourtant indispensable car il marque un tournant vers autre chose...

    Fidèle, quant au Beatles, à la méthode employée jusque-là, je laisse la parole à un meilleur connaisseur que moi qui nous apportera des éléments plus précis. Si vous voulez la lire dans son contexte original, c'est ici .

    Sinon, le texte est ci-dessous:

    Après le sublime album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band qui révolutionna pour toujours la face du rock et après le succès mitigé de leur film Magical Mystery Tour (mais soutenu par une superbe bande son avec entre autres "I am the Walrus" ou "The Fool On the Hill"), tout le monde attendait Les Beatles au tournant. Les Fab Four décident de fuir tout ça pour passer quelques jours (pour Ringo) ou quelques mois (pour John et George) en Inde auprès du Maharishi Mahesh Yogi, grand gourou de la méditation orientale. Ce séjour leur permet de revenir avec une quarantaine de titres plus ou moins finis dont seuls trente seront retenus pour un double album, idée peu courante en cette fin des années 60.

    Pour mettre fin à toutes les frasques excentriques et psychédéliques de Sgt. Pepper's..., ils décident d'appeler cet album tout simplement The Beatles (ou officieusement le double-blanc pour mieux s'y retrouver) et lui donne une pochette uniformément blanche avec un 'The Beatles' en légère surimpression, chaque album étant numéroté (jusqu'au six millionnième environ). Quelques photos ornent l'intérieur mais la sobriété et la simplicité caractérisent cet album. La musique redevient elle aussi beaucoup plus simple et moins expérimentale que les albums précédents. Un grand retour au source du rock n' Roll, du folk, de la pop. Mais on peut surtout discerner le début de la fin des Beatles en tant que groupe. Chaque membre y va de sa chansonnette, laissant aux autres bien peu de manoeuvre pendant l'enregistrement, quand leur présence est nécessaire. Il n'est pas rare de voir des chansons jouées seule ou à deux.

    Quoi qu'il en soit, les chansons que l'on trouve sur cet album sont d'une qualité exquise et d'une grande diversité. "Back In The USSR" est un excellent morceau de rock, très inspiré par Chuck Berry et surtout par les Beach Boys pour les choeurs sur les ponts. Ils en profitent pour tourner en dérision les idées anticommunistes d'un certain McCarthy et sa chasse aux rouges. Lennon reprend dans "Glass Onion" le monde de "I Am The Walrus" pour critiquer les journalistes de l'époque qui passaient leurs journées à décortiquer les textes de ses chansons pour en tirer des conclusions aberrantes. "Ob-la-di, Ob-la-da" est une chanson originale, amusante et teintée de calypso, un peu à la manière des chansons des îles. Ecoutez cette chanson et vous saurez d'où sont inspirées "Factory" de The Vines ou "Why Don't You Get a Job ?" de Offspring. "The Continuing..." est une chanson truffée d'humour dans son texte en se moquant d'un chasseur de tigres secouru par un super héros. Elle est surtout marquée par la présence de plus en plus envahissante de Yoko Ono, faisant bien comprendre que pour Lennon, Les Beatles passent dorénavant après sa nouvelle compagne.

    "While My Guitar Gently Weeps" est une superbe compo de Harrison (sa plus belle ?), très blues, très touchante et qui voit apparaître la première participation (d'une longue série) d'un certain Eric Clapton pour le solo. "Happiness is a Warm Gun" est la juxtaposition de trois parties distinctes pour en faire une compo bien rock, qui plaira beaucoup à U2 entre autres. "Martha my Dear" est une chanson d'amour de McCartney au piano pour... sa chienne. "Blackbird" est une très jolie ballade acoustique composée et jouée par McCartney uniquement, inspirée par un chanson de Bach. "Piggies" est une critique à peine dissimulée de Harrison envers la bourgeoisie anglaise en parodiant la musique de chambre avec clavecin, violons, violoncelles... et en les comparant à des cochons (grognements à l'appui). ?Rocky Raccoon? semble sortir tout droit d'un cabaret des années 30. Même Ringo Starr se permet d'écrire et d'enregistrer une chanson (très country) "Don't Pass me By" qu'il chante bien sûr après quatre ans de refus de Lennon-McCartney qui lui préfèrent ses talents de batteur.

    On ne s'étendra pas sur "Why Don't we do it in the Road ?", "Birthday", "Yer blues" (au texte déprimé à mourir) ou encore "Everybody's Got Something To Hide..." qui sont toutes de bonnes chansons de rock n' roll mais classiques et sans grande surprise. "I Will", "Mother's Nature Son" et "Julia" sont trois ballades à la guitare sèche, les deux premières contiennent une très jolie harmonie dont McCartney a le secret et la dernière est une chanson d'amour de Lennon pour sa mère qu'il a très peu connue.

    "Sexie Sadie" est une critique ouverte de Lennon envers le Maharishi Mahesh Yogi qui n'aurait pas fait que prôner les bienfaits de la méditation mais qui aurait aussi essayer de profiter de l'occasion pour faire des avances à certains membres de la gente féminine. "Helter Skelter" est pour certains la naissance du Heavy-Metal, en tout cas, c'est une chanson bien saturée et musclée pour l'époque et qui fait beaucoup crier McCartney. On retrouve ensuite la très vaporeuse "Long, Long, Long", puis "Revolution 1" où Lennon explique qu'il se désengage d'une quelconque participation politique ou autres sur les événements de l'époque (guerre du Vietnam, Flower Power...). La dernière grande surprise vient de "Revolution 9" par Lennon qui est une énorme fresque sonore de plus de huit minutes sur laquelle il accroche des dizaines de sons, cris, extraits d'émission de radio ou de pièces de thêatre pour en faire une expérimentation étrange et unique. Ringo ferme l'album de sa voix mielleuse avec "Goodnight", chanson qui ressemble à une bande originale de film tout en douceur, pour faire de beaux rêves.

    The Beatles est une belle et longue aventure. D'une très grande diversité et sans jamais tomber dans la facilité, Les Beatles restent pour moi le plus grand groupe de tous les temps. Et cet album est l'un des plus représentatifs de leur talent de compositeurs mais aussi d'interprètes. Et vous en connaissez beaucoup des groupes qui se permettent de mettre de coté un titre comme "Hey Jude" pour le sortir juste après en 45 Tours ? 

    Les titres:

    CD1:

    1-1 Back In The U.S.S.R. 2:53

    1-2 Dear Prudence 3:55

    1-3 Glass Onion 2:17

    1-4 Ob-La-Di, Ob-La-Da 3:08

    1-5 Wild Honey Pie 0:52

    1-6 The Continuing Story Of Bungalow Bill 3:14

    1-7 While My Guitar Gently Weeps 4:45

    1-8 Happiness Is A Warm Gun 2:44

    1-9 Martha My Dear 2:28

    1-10 I'm So Tired 2:03

    1-11 Blackbird 2:18

    1-12 Piggies 2:04

    1-13 Rocky Raccoon 3:33

    1-14 Don't Pass Me By 3:50

    1-15 Why Don't We Do It In The Road? 1:41

    1-16 I Will 1:45

    1-17    Julia 2:56

    CD 2: 

    2-1 Birthday 2:43

    2-2 Yer Blues 4:00

    2-3 Mother Nature's Son 2:48

    2-4 Everybody's Got Something To Hide Except Me And My Monkey 2:24

    2-5 Sexy Sadie 3:15

    2-6 Helter Skelter 4:29

    2-7 Long, Long, Long 3:06

    2-8 Revolution1 4:15

    2-9 Honey Pie 2:41

    2-10 Savoy Truffle 2:54

    2-11 Cry Baby Cry 3:02

    2-12 Revolution 9 8:22 

    2-13 Good Night 3:15

    Mes Indispensables # 39 : The Beatles - the White Album (1968 Ed 2009)

    Pour le (ré)écouter, ce n'est pas loin....Album blanc

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • Live : Tom Verlaine - 23 Juin 1982 - Le Palace Paris

    Pour finir la semaine en live, un concert de Tom Verlaine au palace en 1982. Très bon son, pas le concert en entier à mon avis mais à ne pas rater!

    Les titres:

    01 Coming Apart

    02 Clear It Away

    03 Always

    04 Penetration

    05 Breakin' My Heart 

    06 Marquee Moon

    Live : Tom Verlaine - 23 Juin 1982 - Le Palace Paris

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin.....Tom Tom Palace

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • Place aux Femmes! Lhasa - Live in Reykjavik (2017)

    Ce live faisait partie d'un coffret vendu à la Fnac à Noël 2018, il me semble, avec ses trois autres albums studio. C'est bien simple, la voix de Lhasa me bouleverse et je maudis encore le crabe qui l'a emportée...

    Il nous reste sa discographie qui, elle, continue à vivre. L'important, c'est de la raviver de temps en temps afin de la sauver de l'oubli. C'est chose faite... Une intégrale à Noël? à vous de me dire...

    Les titres:

    1 Is Anything Wrong 

    2 Bells 

    3 Rising 

    4 Con Toda Palabra 

    5 Love Came Here 

    6 The Lonely Spider 

    7 Fool's Gold 

    8 Fish On Land 

    9 La Confession 

    10 De Cara A La Pared 

    11 1001 Nights 

    12 Para El Fin Del Mundo 

    13 A Change Is Gonna Come  

    14 Anyone & Everyone

    Place aux Femmes! Lhasa - Live in Reykjavik (2017)

    Pour écouter ce concert, ce n'est pas loin....Fracas jamais se lhasa

    That's all folks!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Evidemment... : Bruce Springsteen - Letter to You (2020)

    Renaud (oui le chanteur français!) disait qu'il avait eu l'idée dans les années 80, d'enregistrer des reprises de Springsteen mais qu'il avait abandonné le projet parce qu'il n'avait pas la voix (ça on s'en doutait) et qu'il lui aurait fallu le E Street Band derrière pour ne pas être ridicule.

    Bien justement, à propos de bonnes idées, ce dernier album de Springsteen en regorge. Disons le tout net, on est loin des albums mythiques des années 70/80 mais ce "Letter to you" est une très bonne cuvée. A l'instar de Dylan, Springsteen remet l'église (ou l'école ou la mairie comme vous voulez) au centre du village et nous montre , s'il en était encore besoin, qu'il est capable de faire un album de rock de haute volée à 71 ans.

    Mais revenons aux bonnes idées. La première est d'avoir réuni de nouveau le E Street Band qui assure comme une bête derrière Bruce. L'album a été enregistré live en studio en trois jours et Steve Van Zandt dit que le 4ème jour a été consacré à l'écoute de l'album! La deuxième bonne idée c'est l'entrée progressive dans le disque avec un morceau lent et un morceau imparable comme "Letter to you" avant de dérouler le savoir-faire springsteenien. Certes, il y a un ou deux titres moyens comme "Burnin' Train" mais, comme je le disais auparavant, le disque est globalement au-dessus de la mélée et des dernières productions de l'artiste. Le troisième bonne idée, c'est d'avoir repris trois titres des années 70 pour les incorporer au disque: ils lui donnent un aspect épique, un souffle dylanien qui bonifie tout l'ensemble. Je reviendrai plus bas sur ces trois titres. 

    Bref, un album de Springsteen comme on aime les entendre, rock, classique mais avec un petit "plus" qui le rend attachant. Mais avec les allusions répétées au temps qui passe et à la mort présents sur ce disque, une question se pose néanmoins: est-ce le dernier?    

    Les titres:

    01. One Minute You're Here (2:57)

    02. Letter To You (4:55)

    03. Burnin’ Train (4:03)

    04. Janey Needs A Shooter (6:49)

    05. Last Man Standing (4:05)

    06. The Power Of Prayer (3:36)

    07. House Of A Thousand Guitars (4:30)

    08. Rainmaker (4:56)

    09. If I Was The Priest (6:50)

    10. Ghosts (5:54)

    11. Song For Orphans (6:13) 

    12. I’ll See You In My Dreams (3:29)

    Avant de vous proposer de l'écouter, je voudrais revenir sur les trois "vieux" titres repris sur cet album. Comme on a pu l'entendre sur le coffret "Tracks" , Springsteen a, dans ses archives, des tonnes de chansons jamais commercialisées dont certaines auraient mérité un meilleur sort et sont d'un très bon niveau. Je pense à "Roulette" par exemple. Mais comme l'homme est un perfectionniste...

    "If I was the priest" et "Song for orphans" ont été écrites il y a presque 50 ans. Pas moins de 6 versions de "If I was the priest" ont été enregistrées auparavant. Elle a même été jouée live en 1971 (j'ai une copie de l'enregistrement live) ! Elle fait partie des titres enregistrés par Mike Appel en 1972 à Laurel Canyon.

    En voici une version de 1972: 

    "Song for Orphans" a été elle aussi jouée pour Mike Appel à leur première rencontre mais en 1971. 5 versions ont été enregistrées mais elle n'a pas été retenue pour figurer sur le 2ème album "Greetings from Asbury Park". La voici ci-dessous avec le titre de "Song of the orphans":

    Il y a pas moins de 10 versions de "Janey needs a shooter" dont 6 sont disponibles à l'écoute. Son histoire est compliquée: enregistrée initialement en 1973, elle existait déjà depuis 1972 sous le nom de "Talking about my baby" et jouée live en 1971. Elle était retenue pour le premier album mais n'y figura finalement pas. Elle revint régulièrement ensuite dans les premières listes de titres pour d'autres albums sans jamais être retenue. Finalement , en 1979, Warren Zevon qui aimait cette chanson en a proposé un arrangement différent à Springsteen qui l'a approuvé. Et Zevon enregistra sa propre version sur l'album "Bad Luck Streak" en 1979. La version proposée ici date de 1979 mais pas à la bonne vitesse semble-t-il.

    Voilà! Maintenant pour écouter, ce n'est pas loin....Une lettre pour toi

    That's all folks! 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique