• Frenchy but Chic # 33 : The Snipers - S/T (1983) 

    Toujours logique que de proposer The Snipers à la suite des autres... J'avais bien aimé ce mini-album sorti chez New Rose (comme tant de belles choses à cette époque) et ce groupe un peu dans la lignée des Dogs  mais aussi un peu dans leur ombre... 

    à écouter sans se priver....

    Les titres:

    01 (Je t'attendrai dans le) vide-ordures 

    02 Tallahassee lassie

     

    03 Chaque matin

    04 Tried to hide  

    05 Come on

     

    06 La meilleure manière

    07 Elle se tait

    Ah! J'oubliais de dire que c'est un rip de mon vinyl car ce disque n'a jamais été édité en cd (à moins que..?)

    Frenchy but Chic # 33 : The Snipers - S/T (1983)

    Et pour l'écouter, ce n'est pas loin....Tireur isolé

    That's all folks! 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    10 commentaires
  • Le choix des lecteurs # 78: Mercury Rev et Mazzy Star 

    Mercury Rev est un des rares groupes (le seul?) à avoir eu droit à trois Black Sessions (en 2001,2005 et 2008). Celle-ci est celle de 2005 enregistrée le 31 janvier exactement.

    Les titres:

    01 Lenoir talks

    02 Black Forest 

    03 In A Funny Way 

    04 Interlude One 

    05 Tonite It Shows 

    06 Diamonds 

    07 Interlude Two 

    08 There You Are 

    09 My Love 

    10 Holes 

    11 Vermillion 

    12 First Time Mother's Joy (Flying)  

    13 In The Wilderness

    Le choix des lecteurs # 78: Mercury Rev et Mazzy Star 

    Pour l'écouter ce n'est pas loin....BS 2005 

    Deuxième choix des lecteurs un très bon audience (vous pouvez monter le son) de Mazzy Star au Slim's de San Francisco le 21 décembre 1996.

    Les titres: (pas de pochette)

    01 Disappear

    02 Blue Flower

    03 Be My Angel

    04 Rhymes Of An Hour

    05 Umbilical

    06 Ride It On

    07 Flowers In December

    08 Into Dust

    09 Halah

    10 Happy

    11 Look On Down From The Bridge

    12 Rock Section

    13 So Tonight That I Might See 

    14 Give you my lovin'

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin....Slim fast?

    Et maintenant , à vous!

    New Order - 24 Avril 1983 - Kilkenny (FM)

    Nirvana - American acoustic tour 1993 (son excellent)

    Noir Désir - Montréal Quebec - 12 mars 2002

    That's all folks! 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    10 commentaires
  • Chefs d'oeuvre oubliés # 22 : Mickey Newbury - An American Trilogy (1969) 

    Une claque! Quand j'ai écouté le morceau "An american trilogy" je me suis aperçu que je le connaissais déjà par la voix d'Elvis Presley.. Mais quand je l'ai entendue par Mickey Newbury, alors là! je n'en dis pas plus et vous pourrez trouver sur le net l'histoire édifiante de la genèse de ce titre.

    Mort en 2002 d'un fibrome pulmonaire, Mickey Newbury n'a sûrement pas eu le succès qu'il méritait. cet artiste , repris par Johnny Cash, Tom Jones, Jerry Lee Lewis, Roy Orbison, Joan Baez ou Bonnie Prince Billy, livre avec ce coffret un tryptique  de ces trois plus beaux disque auquel on a ajouté plus tard un quatrième avec des inédits. Derrière l'artiste se cachait un homme fragile, un peu le pendant américain de Nick Drake, atteint de dépression chronique et qui a mené sa carrière dans l'indifférence quasi-générale...

    Vous pardonnerez la qualité de ce que vous propose aujourd'hui, issu la plupart du temps de sources vinyl qui ne cachent pas leur âge...

    Les titres:

    Looks Like Rain

    1-1 Write A Song A Song/Angeline 7:12

    1-2 She Even Woke Me Up To Say Goodbye 3:59

    1-3 I Don't Think Much About Her No More 5:47

    1-4 T. Total Tommy 4:04

    1-5 33rd Of August / When The Baby In My Lady Gets The Blues 9:06

    1-6 San Francisco Mabel Joy 6:48

    1-7 Looks Like Baby's Gone 4:29

    'Frisco Mabel Joy

    2-1 An American Trilogy 4:54

    2-2 How Many Times (Must The Piper Be Paid For His Song) 5:54

    2-3 Interlude 1:32

    2-4 The Future's Not What It Used To Be 4:30

    2-5 Mobile Blue 3:10

    2-6 Frisco Depot 3:44

    2-7 You're Not My Same Sweet Baby 3:51

    2-8 Interlude 1:06

    2-9 Remember The Good 3:00

    2-10 Swiss Cottage Place 3:12

    2-11 How I Love Them Old Songs 3:50

    Heaven Help The Child

    3-1 Heaven Help The Child 5:16

    3-2 Good Morning Dear 5:17

    3-3 Sunshine 4:25 

    3-4 Sweet Memories 3:30

    3-5 Why You Been Gone So Long 3:29

    3-6 Cortelia Clark 5:08

    3-7 Song For Susan 4:31

    3-8 San Francisco Mabel Joy 5:32

    Better Days

    4-1 If You Want Me To I'll Go 3:36

    4-2 Sunshine 3:01

    4-3 Sad Satin Rhyme 3:14

    4-4 Why You Been Gone So Long 3:18

    4-5 I Don't Wanna Rock 1:55

    4-6 Let Me Stay Awhile 2:25

    4-7 Flower Man 4:09

    4-8 Good Morning Dear 2:10

    4-9 On Top Of Old Smokey 3:26

    4-10 Interlude: How Many Times (Must The Piper Be Paid For His Song) 2:03

    4-11 Better Days 3:20

    4-12 How I Love Them Old Songs 2:08

    4-13 I Don't Wanna Rock 2:27

    4-14 I Don't Want Me No Big City Woman 2:06 

    4-15 You're Not My Same Sweet Baby 4:50

    Looks Like Rain originally released in September 1969 as Mercury SR 61236.

     'Frisco Mabel Joy originally released in October 1971 as Elektra EKS 74107.  

    Heaven Help The Child originally released in January 1973 as Elektra EKS 75055.

    Chefs d'oeuvre oubliés # 22 : Mickey Newbury - An American Trilogy (1969) 

    Pour écouter tout ça, ce n'est pas loin ......Mickey Maousse

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    Parmi les pionniers du punk, les Damned restent ceux qu’on oublie le plus facilement ou qu’on prend le plus à la légère. Il faut dire que ce sont eux qui ont le plus donné dans la farce et parfois le grand n’importe quoi. Pourtant, ce groupe mérite nettement mieux que la place qu’on lui laisse, ne serait-ce pour ses jubilatoires premiers singles et la petite merveille qu’est l’album Machine Gun Etiquette. Un groupe avec une histoire que je trouve assez croustillante, surtout quand on y découvre de près ou de loin le titre un peu précurseur du rap Whut avec le Captain Sensible et le voisinage de Messire Lemmy Kilmister himself. 

    Sauf que je n’ai pas choisi le Groupe pour vous parler de ce que l’histoire a finalement tendance à retenir de lui mais pour le titre Curtain Call. En soi, autant vous le dire tout de suite, c’est un peu le morceau blasphématoire du punk ou, si vous préférez une terminologie plus kantienne, son antinomie musicale de la raison pure. D’ailleurs, on pourrait qualifier le morceau de « punk progressif ». Il n’y a qu’à voir la durée de la chanson… 17mn ! Avec ça, on n’est plus du tout dans le format punk made in Ramones où tout état dit en 2mn30s maxi. 

     

    D’ailleurs -et ce n’est sans doute pas une coïncidence puisque Nick Mason avait produit leur second album- la chanson est construite sur la même structure que Echoes de Pink Floyd. Une première partie qui met en place une mélodie. Puis, une longue séquence instrumentale minimaliste, un peu dissonante (et, dans les deux cas, avouons-le, assez chiante). Enfin, une reprise du thème de départ, avec une ampleur plus forte. Reste qu’elle ne dure que 17mn contre 26mn… Et qu’elle speede nettement plus !  Or, malgré cette longueur et ce côté très prog de la structure, les Damned arrivent bizarrement à y garder une hargne typiquement punk, mais en montrant cette fois qu’ils savent vraiment jouer. 

     

    Dans ce morceau, plusieurs choses me touchent particulièrement. 

     

    D’abord, j’aime bien en soi la dynamique de la mélodie, qui arrive à devenir renversante quand le piano émerge. C’est vraiment un morceau entrée-plat-dessert. On a de la pop, du punk, du prog, du calme, du mélodieux, du dissonant, du décibel et même davantage… Et je vous jure que je ne mens pas ! 

     

    Ensuite, je trouve le chant de Dave Vanian des plus troublants. La chanson semble avoir été écrite un ton trop bas par rapport à sa voix de baryton et il y a ce passage où elle doit monter au maximum de ses capacités jusqu’à flirter avec la fausseté dissonante et à en devenir émouvante, comme si le chant en devenait douloureux (et donc terriblement humain). 

     

    Enfin, ce que j’aime par-dessus tout et dont je ne me lasse jamais, c’est la manière dont le morceau repart après le break instrumental au violon électrique. Notamment avec le jeu du batteur qui crée une subtile tension et qui nous frustre en faisant mine de refuser de donner la cadence qu’on attend. Et c’est encore plus net quand on connait par cœur le morceau. On veut le sentir emballer à nouveau ce morceau, surtout après cette longue plage un peu ennuyante. Et le pire, c’est que c’est bon d’attendre. Parce qu’on pressent à venir quelque chose d’orgasmique et que cette attente et cette frustration nous rendent encore plus disponibles pour capituler au plaisir que va nous redonner la chanson. 

     

    Donc on attend, on attend. On attend quoi ? L’explosion, l’apothéose du morceau. Et d’un coup, la batterie repart à l’assaut et les guitares s’emballent avec une agressivité et une puissance renouvelées. En plus fort. En plus beau. Tellement qu’on ne veut plus que ça s’arrête. C’est simple, quand Curtain Call se termine, je me le repasse toujours au moins une deuxième fois (bon, en accélérant/sautant un peu sur la partie violon). Ou comment passer une demi-heure en fermant les yeux sans sentir le temps passer. 

     

    Et l’idéal, si vous le pouvez, c’est de trouver une version live. C’est d’ailleurs ainsi que j’ai d’abord découvert ce morceau (enregistré sur une cassette sur un passage radio de je ne sais où). Pourquoi ? Parce que le groupe raccourcit avantageusement la plage instrumentale. Seulement, le son ne dégagera peut-être pas la toute puissante et somptueuse richesse obtenue dans le studio. Mais si vous en détenez une version en concert qui allie cette qualité d’énergie sonique avec leur concision live, alors je la prends immédiatement !!!

     

    Pour écouter ce titre au calme, ce n'est pas loin... Curtain call

     

    Merci à Audrey pour son texte. Et vous? C'est pour quand le vôtre?

    That's all folks! 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires
  • Live : Maria McKee - Hambourg - 23 Juin 1993  

    D'aussi loin que je la connaisse, c'est à dire depuis ses débuts avec Lone Justice, Maria Mc Kee m'a toujours étonné par la puissance de sa voix et sa capacité , dans le même temps, à la rendre douce...

    Comme elle est trop méconnue, je voulais lui rendre un hommage avec ce concert au son irréprochable. N'oublions pas sa Black Session et sa reprise de "If you were still around" du maître John Cale...

    Les titres:

    01  East Of Eden 

    02 I Can't Make It Alone 

    03 My Lonely Sad Eyes 

    04 I'm Gonna Soothe You 

    05 If It Don't Work Out 

    06 My Girlhood Among The Outlaws 

    07 Little Paperboy 

    08 Breathe 

    09 Nobody's Child 

    10 The Way Young Lovers Do 

    11 Why Wasn't I More Grateful 

    12  How Much Longer 

    13 Sister Anne 

    14 You Gotta Sin To Get Saved 

    15 Ways To Be Wicked 

    16 You Are The Light 

    17 Has He Got A Friend For Me 

    KCRW Studios Santa Monica, CA, 20th July 1993 ??? 

    18 Precious Time 

    19 ?????

    Comme souvent avec les bootlegs, deux titres ont été rajoutés en bonus tracks (donc ça finit à 19) mais je ne sais pas trop d'où ils viennent...

    Live : Maria McKee - Hambourg - 23 Juin 1993

    Pour écouter ce live, ce n'est pas loin....Ave Maria!

    That's all folks! 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Cover me # 55: No Thanks !  The '70s Punk Rebellion - Partie 1 

    J'avais annoncé il y a quelque temps que cette rubrique permettrait aussi de partager quelques compilations bien senties....

    Et bien en voilà une qui va sûrement raviver quelques souvenirs...

    Composée de 4 volumes, vous aurez là la quintessence des groupes punks (ou considérés comme tels) des années 70. Faites comme moi , récupérez le tout et chargez ce qui vous intéresse..

    Les titres:

    Disque 1:

    01. Ramones -- Blitzkrieg Bop

    02. The Clash -- White Riot

    03. Nick Lowe -- Heart Of The City

    04. Buzzcocks featuring Howard Devoto -- Boredom

    05. The Saints -- (I'm) Stranded

    06. The Damned -- Neat Neat Neat

    07. The Jam -- In The City

    08. Pere Ubu -- Final Solution

    09. The Modern Lovers -- Roadrunner

    10. Television -- Little Johnny Jewel

    11. The Adverts -- One Chord Wonders

    12. The Heartbreakers -- Born To Lose

    13. Iggy & The Stooges -- Search And Destroy

    14. Mink DeVille -- Let Me Dream If I Want To (Amphetamine Blues)

    15. X-Ray Spex -- Oh Bondage, Up Yours!

    16. Wire -- 1 2 X U

    17. Richard Hell & The Voidoids -- Blank Generation

    18. The Stranglers -- (Get A) Grip (On Yourself)

    19. The Runaways -- Cherry Bomb

    20. New York Dolls -- Personality Crisis

    21. Eddie & The Hot Rods -- Teenage Depression

    22. The Dictators -- Two Tub Man

    23. Patti Smith -- Hey Joe (Version) 

    24. Generation X -- Your Generation

    Cover me # 55: No Thanks !  The '70s Punk Rebellion - Partie 1

    Pour écouter ce 1er volume, ce n'est pas loin...No Thanks! Vol 1

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Retour gagnant : Fleet Foxes - Crack-Up (2017)

    Je suis fan des Fleet Foxes depuis leur premier album éponyme en 2008. Cela faisait quand même 6 ans qu'on n'avait rien entendu de nouveau d'eux ou presque. Et bien ils sont revenus à leur point de départ avec leurs mélodies léchées et aériennes en faisant le pont entre les deux albums puisque musicalement ce nouvel album commence avec le même accord que le dernier titre du précédent...

    Une belle continuité donc, à écouter sans tarder...

    Les titres:

    01. I Am All That I Need / Arroyo Seco / Thumbprint Scar

    02. Cassius, –

    03. – Naiads, Cassadies

    04. Kept Woman

    05. Third of May / Odaigahara

    06. If You Need To, Keep Time on Me

    07. Mearcstapa

    08. On Another Ocean (January / June)

    09. Fool’s Errand

    10. I Should See Memphis 

    11. Crack-Up

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin.... Pont

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • Il est  somme toute logique , après les Dogs , Marquis de Sade et autres , de vous parler d'Oberkampf.

    Comme les disques de leurs débuts n'ont pas été réédités en cd (sauf Cris sans Thèmes LP de 1985) je vous propose aujourd'hui leur premier EP 5 titres.

    Ce n'est pas encore aussi noir que "PLC" mais on sent bien déjà une rage naissante. Cet EP était sorti dans l'indifférence générale à l'époque et la popularité a commencé à croître quand Philippe Manoeuvre les filma dans le métro (station Oberkampf évidemment) en 1983 pour "les enfants du rock"... A quand d'ailleurs, une émission rock digne de ce nom à la télévision? Dans ce domaine, la radio avec"Very good trip" sur France Inter est largement en avance...

    Les titres:

    01 Couleurs Sur Paris 5:00

    02 Maximum 3:07

    03 Tout Ce Fric 2:43

    04 Poupée De Cire 2:20

     

    05 Piano Dub 2:20

    Frenchy but Chic # 32: Oberkampf -  Couleurs sur Paris (EP - 1981) 

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin....Tout ce fric!!!

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Le coin des lecteurs # 77 : Bob Marley and the Wailers - The Boarding House - SF - 7 juillet 1975 

    Très beau et très bon témoignage de ce qu'était capable de dégager ce groupe en terme d'énergie scénique...à ne pas rater!

    Trenchtown Rock

    Burnin and Lootin

    Midnight Ravers

    Them Belly Full

    Rebel Music

    No Woman No Cry

    Kinky Reggae

    Stir It Up

    Lively Up Yourself 

    Get Up Stand Up

    Le coin des lecteurs # 77 : Bob Marley and the Wailers - The Boarding House - SF - 7 juillet 1975 

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin....Get up stand up!

    A votre tour!

    Jonathan Richman and The Modern Lovers - Stockholm - 6 Juin 1978 (concert complet) (voir  )

    Morphine - Middle East '96

    Van Morrison - Astral weeks live

    That's all folks! 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    8 commentaires
  • Chefs d'oeuvre oubliés # 21: Kevin Ayers - Joy of a toy (1969) Ed 2003?

    Pour être franc , je l'ai trouvé sur le net mais je n'ai pas trouvé plus d'infos que ça sur cette édition japonaise.

    Mais peu importe! Premier album solo après son départ de Soft  Machine , Ayers écrivit ces chansons à Ibiza avant de les finaliser à Abbey Road avec ses anciens camarades de Soft Machine. Aux dires de Christophe Conte, ce disque atteint des sommets qu'aurait pu atteindre Syd Barrett s'il n'avait pas cramé ses neurones par sa consommation de médocs!

    De beaux moments de féérie psychédélique que je n'ai pas encore eu le moment d'écouter, trop absorbé par la reconstitution progressive de ma discothèque avec des "vrais" disques (pas des copies quoi..) 

    Les titres:

    01. Joy Of A Toy Continued - 2:53

    02. Town Feeling - 4:50

    03. The Clarietta Rag - 3:20

    04. Girl On A Swing - 2:49

    05. Song For Insane Times - 4:00

    06. Stop This Train (Again Doing It) - 6:06

    07. Eleanor's Cake (Which Ate Her) - 2:54

    08. The Lady Rachel - 5:17

    09. Oleh Oleh Bandu Bandong - 5:35

    10. All This Crazy Gift Of Time - 3:49

    Bonuses:

    11. The Lady Rachel (Extended First Mix) - 6:38

    12. Clarence In Wonderland (BBC Top Gear Session) - 4:50

    13. Stop This Train (Again Doing It) (BBC Top Gear Session) - 5:46

    14. Why Are We Sleeping (BBC Top Gear Session) - 8:50 

    15. You Say You Like My Hat (BBC Top Gear Session) - 3:12

    Chefs d'oeuvre oubliés # 21: Kevin Ayers - Joy of a toy (1969) Ed 2003?

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin....ToyJoy?

    That's all folks! 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique