• Chefs d'oeuvre oubliés # 64: The Specials - More Specials (1980)

    Chefs d'oeuvre oubliés # 64: The Specials - More Specials (1980)

    Pour cette dernière semaine de la saison - et donc le dernier chef d'oeuvre oublié de la saison , c'est Audrey qui s'y colle parce que j'avais lu qu'elle aimait beaucoup cet album.

    Je lui laisse donc naturellement la parole...

    Les Specials ont une discographie très courte mais très marquante et dont l’influence ne cesse de se diffuser et de grandir, notamment sous l’ombre de Massive Attack puis de Blur, et qui dépasse très largement du contexte « revival ska » dans lequel beaucoup se complaisent à les enfermer. Au-delà de cette dimension, tout amateur éclairé de rock doit s’être un jour confronté à cette question existentielle fondamentale : quel est leur meilleur album entre leur premier, nommé The Specials, pièce maîtresse du revival ska, et leur second, intitulé More Specials, qui brasse les genres jusqu’à frôler la musak et qui fut fort mal compris à sa sortie ?  Si la modernité sans cesse renouvelée du second ne fait que croître, force est de constater que j’ai une relation très particulière avec le premier, et aussi parce que je n’ai découvert le second que très tardivement.

    Produit par Costello, et bien que les textes soient engagés et réalistes et que le groupe revendique une mixité raciale inédite, il se dégage de l’ensemble une formidable énergie positive et communicative. D’ailleurs, pendant longtemps, il a tenu lieu pour moi de rayon de soleil jubilatoire. Et que vous aimiez le ska ou pas, je vous invite vivement à découvrir son pouvoir hautement addictif que ses écoutes répétées finissent par libérer. Et puis, derrière leurs reprises grisantes et les remarquables compos originales de Dammers et des musiciens brassant les influences avec enthousiasme, on trouve ce chant si particulier de Terry Hall. Ce dernier incarne l’un des plus beaux clowns blancs que le rock ait donné. En outre, il démontrera à son tour de remarquables qualités de songwriting dans ses disques post-Specials, notamment sur le magnifique premier Colourfield (que j’avais proposé chez Jimmy). Un personnage très touchant pour un groupe étrangement atypique, toujours aussi moderne et passionnant dans son évolution (oui, « Ghost Dance », c’est encore eux, et « Free Nelson Mandela », c’est toujours eux mais sous le nom de The Special Aka »). 

    Bref, ce disque est tellement bon, enchanteur, entraînant et intemporelle que je me le suis fait offrir à Noël en version vinyle, soit pour moi le gage absolu du niveau atteint , car une fois le diamant posé sur la galette hors de question de se lever pour « sauter » un morceau compte tenu du risque de le rayer (alors que je ne supporte pas perdre mon temps sur des mauvais morceaux, ce qui me gâche littéralement le plaisir d’écouter certains vinyls (dernièrement Harvest de Neil Young à cause de A Man Needs a Maid et There's a World )). Et de mémoire, il fait presque 50mn, soit le format parfait pour moi, ni trop long ni trop court. Donc, si certaines d’entre vous ne le connaissent pas encore, vous savez ce qu’il vous reste à faire (heu… pour faire plaisir à Fracas… juste avant d’acheter vous aussi le vinyl J ).

    Merci Audrey!

    Les titres:

    01 Enjoy Yourself (It's Later Than You Think) 3:39

    02 Man At C & A 3:36

    03 Hey, Little Rich Girl 3:35

    04 Do Nothing 3:43

    05 Pearl's Cafe 3:07

    06 Sock It To 'Em J.B. 2:56

    07 Stereotypes 7:24 

    08 Holiday Fortnight 2:45

    09 I Can't Stand It 4:01

    10 International Jet Set 5:37 

    11 Enjoy Yourself (Reprise) 1:46

    Chefs d'oeuvre oubliés # 64: The Specials - More Specials (1980) 

    Pour écouter cet album, ce n'est pas loin.....Spéciaux?

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Audrey
    Lundi 9 Juillet à 10:00

    J'avais mal compris, j'ai plutôt chroniqué le premier... Mais j'ai aussi le second en vinyl ^^

      • Lundi 9 Juillet à 13:16

        Pourtant, j'ai lu ta chronique avant et rien n'indiquait que tu parlais du 1er. En fait, cela s'applique aux deux!

    2
    Mardi 10 Juillet à 19:35
    Francky01

    Tu as 200% raison Audrey ! Malgré une discographie très courte, l’influence des Specials est immense. Et ce n’est pas sieur Damon Albarn qui contredira (autant avec Blur, The Good The Bad & The Queen, Gorillaz qu’avec son first LP studio « Everyday Robots »). Dans le genre Ska-rock & Co, « More Specials » est une référence. Perso, j’ai réellement découvert ce groupe avec un autre disque, un EP extra de 1981 nommé « Ghost Town » !!

    Et oui, la carrière post-Specials de Terry Hall est excellente : Que ce soit avec Colourfield dont sa sublime Indie/Pop mélodique du « Virgins And Philistines » ou sa collaboration avec Mushtaq et sa Pop Tribal et électronic de « The Hour Of Two Lights », produite sur Honest Jon’s, label aux choix pertinents…boutique tenue par Damon Albarn justement. La boucle est bouclée !!

    Question Audrey, sans chercher à polémiquer : Que reproches-tu aux chansons citées du bucolique et parfait « Harvest » du Loner ???

    A +

      • Mercredi 11 Juillet à 07:38

        Je crois qu'elle n'aime pas "A man needs a maid" et "There's a world" si j'ai bien lu. Mais chacun son opinion. Merci dans tous les cas pour tes précisions Francky!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :