• Mes Indispensables # 36 : The Beatles - Revolver (1966)

    Mes Indispensables # 36 : The Beatles - Revolver (1966)

    Bien qu'ayant plutôt baigné dans une atmosphère stonienne quand j'étais enfant à cause de l'influence de mes grands frères, je n'en ai pas pour autant négligé les Beatles. Comme les Stones, et même si je les ai fréquentés un peu moins, je considère qu'ils font partie des incontournables. Ils seront donc présents encore les prochaines semaines, la difficulté résidant toutefois dans le choix (forcément critiquable et sans doute critiqué) des albums. Il y en aura pas mal et dans le désordre...

    Commençons par "Revolver" . Et comme je me sens d'humeur fainéante aujourd'hui, je laisse la parole à un dénommé Maxime qui en parle mieux que moi (voir ici le texte original). Merci Maxime!

    Si vous ne connaissez les Beatles qu'à travers leurs tubes (soit, en gros, le contenu des best of rouges et bleus), vous ne savez pas ce qu'est Revolver, leur 7ème album (mon préféré). Seulement représenté par deux singles ("Yellow Submarine" et "Eleanor Rigby") qui ne traduisent pas la qualité des autres compos, c'est à ce titre le plus sous-estimé des opus des Fab Four. Revolver, c'est le coup de feu pour un nouveau départ, amorcé dans Rubber Soul et entériné par St Pepper : en route vers le psychédélisme et le Summer of Love ! En 1966, le quatuor entreprend ce virage dont le présent album est le paradoxal témoignage, paradoxal car perpétuellement à cheval entre la pop fraîche et insouciante qui a fait le succès du groupe et leurs aspirations plus fantaisistes qui les amèneront à chercher Lucie dans le ciel avec ses diamants dans un champ de fraises pour l'éternité. A l'image de la pochette, c'est donc un Beatles ambivalent, les regards tournés vers des directions divergentes, auquel on est confronté.

    Ça commence avec un "Taxman" au tempo repiqué sur le "I Feel Good" de James Brown qui, s'il reste assez "beatlesien", a le don de surprendre. Charge contre les excès du ministère des finances britanniques (plus de trente ans avant Florent Pagny, on ne pouvait avoir leur liberté de penser), il nous fait entrer dans l'univers atypique de cet album. Les cordes s'invitent sur un "Eleanor Rigby" concocté de main de maître par Mac Cartney. Aussi imparable qu'archi connu. "I'm only Sleeping", hymne à la paresse, co-écrite par Mac Cartney en hommage à son frère ennemi, John Lennon, adepte des grasses matinées qui portent en elles les excès de la veille. Les paroles dénotent déjà le goût du génial guitariste pour le hash et le LSD.

    Plutôt que de détailler dans l'ordre l'album, recensons le côté lumineux des Beatles, celui de la pop insouciante. On le retrouve dans "Here, there and everywhere", jolie ballade qu'affectionne Lennon, le magnifique "She said, she said" dont les paroles sont nées durant une rêverie nourrie aux substances illicites, le pétillant "Good Day Sunshine" qui montre qu'une chanson sur l'amour heureux (quand une telle chose arrive, soit 1 fois sur 15 milliards) peut être belle et réussie sans être niaise, chanson dont le poignant et sublime "For no one" est l'idéal contrepoint. "And your bird can sing" et "Got to get her into my life" illustrent à la perfection l'art des Beatles : simplicité apparente de l'écriture, évidence de la mélodie, génie de la structure. Rien à redire.

    Observons la face B des Fab Four à présent. Chacun s'autorise à explorer ses propres inspirations : Mac Cartney et Lennon dans leurs trips respectifs, Harrison et l'orientalisme dans "Love to you" où sitares et tablas s'invitent, Ringo Starr au chant de "Yellow Submarine". Certes, ce n'est pas la meilleure compo des Beatles et dans ce chef d'oeuvre, elle ferait presque tâche. Faites-là quand même écouter à votre petit frère, c'est du Beatles prémâché comme les petits pots Blédina, histoire de le former au goût des bonnes choses. Vous lui servirez l'album quand il se sera fait les dents. "Doctor Robert" nous propose de faire la connaissance d'un incroyable médecin dont les médicaments font décoller à 7 mètres du sol (idéal contre la grippe et plus radical que le viagra). Ce bijou se termine sur un "Tomorrow Never Knows" culte : riff de batterie inversé, envolées d'instruments orientaux, ligne de chant ondulante, la pop music ne s'en est pas encore remise (voir "Let Forever be" des Chemical Brothers).

    Tout serait parfait sans ce transfert pourri en stéréo de la version CD : instruments dans la baffle gauche, voix dans le droite. Mais qui a supervisé ça ? Il aurait été autrement plus urgent de livrer un remaster convenable de cet album plutôt qu'une version à poil de Let it be. Enfin, comme le disent si bien les Fab', demain ne sait jamais...

    Ma version CD de 2009 provient, bizarrement, d'Argentine et sans doute remixée, donc je n'ai pas les problèmes d'écoute évoqués plus haut. 

    Les titres:

    1 Taxman 

    2 Eleanor Rigby 

    3 I'm Only Sleeping 

    4 Love You To 

    5 Here, There And Everywhere 

    6 Yellow Submarine 

    7 She Said She Said 

    8 Good Day Sunshine 

    9 And Your Bird Can Sing 

    10 For No One 

    11 Dr. Robert 

    12 I Want To Tell You 

    13 Got To Get You Into My Life  

    14 Tomorrow Never Knows

    Mes Indispensables # 36 : The Beatles - Revolver (1966)

    Je suis sûr que vous le possédez déjà, mais on ne sait jamais....Colt

    That's all folks!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Audrey
    Lundi 12 Octobre 2020 à 09:57

    Je ne suis pas si sûre que tu prennes un grand risque sur cet album-là que beaucoup considèrent comme étant le meilleur. Moi, je suis très double blanc, pour le côté dépouillé. Mais celui-ci est un délice. Par contre, je trouve Sergent Pepper un peu surévalué (ce n'est clairement pas leur meilleur), même si sa dernière écoute m'a mieux fait ressentir ce côté "donner tout notre l'amour au monde" des Beatles, qui en fait un disque également merveilleux.

    Beatles ou Stones, je pense aussi que c'est une question d'âge. L'un apporte ce que l'autre ne peut apporter, ce qui fait qu'ils sont complémentaires et qu'on (re)découvre forcément à un moment l'autre groupe.

    Et puis, les Beatles, il y a aussi le débat Macca ou Lennon. Moi, j'étais Lennon au début, aujourd'hui, je serais plus Macca, mais je redécouvre très fort Harrisson (Et que personne ne fasse le malin en disant Ringo!!! he)).  .

      • Lundi 12 Octobre 2020 à 18:35
        individu1671137

        Je peux faire le malin en disant George Martin…

    2
    Doc Vinegar
    Lundi 12 Octobre 2020 à 11:14

    J'aimerais bien trouver la version Deluxe de Sgt. Pepper qui comporte un CD entier de versions différentes des morceaux. Les sons de guitares y sont assez fabuleux, très modernes pour l'époque. Cela montre que les Beatles sont allés plus loin qu'on ne pense dans l'exploration de la guitare électrique. Si quelqu'un sait où trouver cela ... ;-)

    3
    eric
    Lundi 12 Octobre 2020 à 12:29

    J'allais te proposer les "alternative versions Revolver". Après vérifications, elles viennent de toi, envoyées le 14 Mai 2019.yes

    4
    Gil
    Lundi 12 Octobre 2020 à 17:35

    Doc, la version Deluxe de Sgt. Pepper est toujours dispo sur la version3 de l4sp1kdLycmus1c. Apparemment, le lien RapidGator fonctionne toujours. Fracas saura te guider si besoin.

      • Lundi 12 Octobre 2020 à 19:55

        Le problème , c'est que Lyc est très regardant sur les inscriptions et que je n'ai plus accès à la version 3 du blog....

    5
    Gil
    Mardi 13 Octobre 2020 à 11:16

    Je cogite sur une solution respectant les règles de Lyc. Fracas, une adresse mail ?

      • Mardi 13 Octobre 2020 à 19:00

        Je n'ai que l'adresse mail de la récente version du site de Lyc qui est la 4 pas la 3 .... Et puis Lyc ne veut pas que je la diffuse sur mon blog. En privé , je peux...

    6
    Doc Vinegar
    Mardi 13 Octobre 2020 à 14:48
    En tout cas, merci beaucoup Gil et Fracas pour vos efforts :-)
      • Gil
        Mardi 13 Octobre 2020 à 21:19

        Je pourrais donner le lien RapidGator dans un mail privé ?

      • Doc Vinegar
        Mardi 13 Octobre 2020 à 21:31

        lasttraintomars a tutanota.com

        merci Gil !

    7
    Gil
    Dimanche 25 Octobre 2020 à 21:25

    Voyage vers mars terminé. Livraison arrivée comme convenu underthebigblacksun

    Enjoy !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :