• Un classique: Johnny Thunders - So Alone (1992)

    Un classique: Johnny Thunders - So Alone (1992) 

    Faut-il encore présenter ce disque? 

    Oui! sans nul doute... Les Heartbreakers c'est fini et Johnny Thunders tourne avec des grands noms du punk. L'album étiqueté "punk" ne l'est pas. Ce serait plutôt un hommage aux sixties vu le nombre de reprises qui y figurent : "Pipeline" , "Great big kiss" , " Daddy Rollin' stone" et "The Wizard" de T-Rex sur cette édition.... A côté de ça, deux titres des New York Dolls: "Subway train" et "She's so untouchable". Et des ballades : "Ask me no questions" , "You can't put your hands around a memory", déchirantes à souhait. L'édition de 1992 ajoute aussi "So alone" dont certaines versions live sont à pleurer de profondeur et de tristesse...

    "So alone" c'est aussi plein d'invités: Paul Cook et Steve Jones des Pistols, Phil Lynott de Thin Lizzy, Peter Perrett des Only Ones, Chrissie Hynde des Pretenders, Steve Marriott etc...le tout produit par Steve Lillywhite qu'on retrouve au piano sur "Great big kiss".

    Un classique donc, incontournable, indispensable, une perle...

    Les titres: (édition 1992)

    1 Pipeline 2:21

    2 You Can't Put Your Arms Round A Memory 3:45

    3 Great Big Kiss 3:22

    4 Ask Me No Questions 3:33

    5 Leave Me Alone 2:47

    6 Daddy Rollin' Stone 3:20

    7 London Boys 2:50

    8 (She's So) Untouchable 2:54

    9 Subway Train 4:11

    10 Downtown 3:13

    11 Dead Or Alive 3:13

    12 Hurtin' 3:06

    13 So Alone 4:54

    14 The Wizard 3:22

    CD reissue of the 1978 LP.  

    11-14 are bonus tracks. (11 and 12 are from singles, 13 and 14 are unreleased outtakes.)

    Un classique: Johnny Thunders - So Alone (1992)

    Pour l'écouter, ce n'est pas loin....Si seul? vraiment?

    that's all folks! 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Arewenotmen?
    Jeudi 24 Janvier à 07:12
    Qu'ajouter à ceci, en effet ? Thank you so much, Johnny...
      • Arewenotmen?
        Jeudi 24 Janvier à 09:07

        Il nous aura aussi émus, et c'est pour cela qu'il nous reste aussi cher...

    2
    mimercier
    Jeudi 24 Janvier à 07:18

    ne pas oublier la présence de Henri Paul Tortosa sur cet album.

     

    3
    Audrey
    Jeudi 24 Janvier à 10:07

    Je reste un peu en retrait par rapport au personnage, parce que le mythe romantique du junkie est quand même une belle hypocrisie, le truc qui l'est quand on vit ça de loin, parce que l'essentiel est effrayant pour tout ceux qui ont dû vivre face à l'un d'eux. Reste que You Can't Put Your Arms Round A Memory est une merveille absolue...

      • Jeudi 24 Janvier à 12:48

        Ta remarque est pertinente Audrey. Je ferais un parallèle avec le mythe Ian Curtis car je préfère que l'on s'attarde sur la musique de Joy Division plutôt que sur son suicide. On n'en a pas fait autant sur Nick Drake par exemple... Par ailleurs, le titre de l'album est paradoxal et je pense que c'est voulu car jamais Johnny Thunders n'a été aussi entouré...

    4
    jimmy jimi
    Jeudi 24 Janvier à 14:00

    Chef-d’œuvre absolu.

    5
    Audrey
    Vendredi 25 Janvier à 13:06

    Je pense qu'on s'attarde plus sur la musique de Joy Division parce que son influence est plus importante et notable que celle de Johnny Thunders (sans minoré la qualité de la musique). Parce qu'ils ont vraiment créé quelque chose de nouveau, alors que JT se positionnait dans un héritage ou une continuité.

    JD a complètement bouleversé l'approche de la basse et de la guitare. Je trouve que Barney trouve des choses fabuleuses. D'ailleurs, on a du mal à se dire qu'il y avait qu'une seule guitare dans leur musique tellement il était créatif (en étant techniquement très limité). Quant à Peter Hook, pas la peine d'en rajouter... J'ai lu ses 2 ouvrages sur JD et New Order, je les recommande. Ils sont très éclairants.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :